//

Retour sommaire

Lire l'Auberge de l'Ange Gardien en ligne :
Ch. 1: A la garde de Dieu - Ch 2 : L'Ange Gardien - Ch.3 : Informations - Ch 4: Torchonnet - Ch. 5: Séparation - Ch.6: Surprise et bonheur - Ch. 7: Un ami sauvé - Ch. 8: Torchonnet placé - Ch. 9 : Le général arrange les affaires de Moutier - Ch. 10 : A quand la noce ? - Ch. 11 : Querelle pour rire - Ch. 12 : la dot et les montres - Ch. 13 : Le juge d'instruction - Ch. 14 : Autres pensées bizarres du général - Ch. 15 : Le départ - Ch. 16 : Torchonnet se dessine - Ch. 17 : Première étape du général - Ch. 18 : Les eaux - Ch. 19 : Coup de théâtre - Ch. 20 : Première inquiétude paternelle - Ch. 21 : Torchonnet dévoilé - Ch.22 Colère et repentir du général - Ch. 23 : Réparation complète - Ch. 24 : Mystères - Ch. 25 : Le contrat -
Ch. 26 : Le contrat -Générosité inattendue - Ch. 27 : La noce - Ch. 28 : Un mariage sans noce -
Ch. 29 : Conclusion, mais sans fin

La Comtesse de Segur

Paru en 1863, orné de 19 illustrations en pleine page et de 44 vignettes dans le texte de Valentin Foulquier (qui n'illustra que cette seule œuvre) la même année que sa suite, Le Général Dourakine, le récit est dédicacé à Louis et Gaston de Malaret, fils de Paul et de Nathalie de Ségur, fille aînée de la Comtesse de Ségur.

Dans les ouvrages précédents on ne rencontrait guère le père de Sophie, Fiodor Rostopchine. Ici il figure sous les traits du bon mais fougueux Général Dourakine et du frère aîné de la Comtesse, André Rostopchine, dont il a la corpulence.

L'Auberge de l'Ange Gardien est un livre charmant, aux personnages délicieux de gentillesse, des petits bourgeois comme Moutier, Elfy, Mme Blidot, Derigny et les petits Paul et Jacques qui reflètent par leurs qualités de générosité et de bonté l'image que la Comtesse de Ségur se fait de ses petits-fils.


Mme Blidot et Elfy s'occupent des enfants (vignette de Foulquier, Hachette, Bibliothèque Rose.

On rencontre aussi un bon curé, mais les curés " c'est toujours bon " dira la Comtesse par la bouche de Moutier, le bon zouave qui sauve les enfants.

C'est une œuvre qui, à travers les récits de Moutier, a plus appris aux enfants l'histoire de la Guerre de Crimée que n'importe quelle leçon de leurs maîtres d'école, nous dit François Bluche dans Le Petit Monde de la Comtesse de Ségur (Hachette 1988) !
En effet, le vocabulaire "exotique" a du faire rêver d'aventures - et d'aventures militaires bien dans l'air du temps - tous les petits lecteurs. Qu'on en juge : Gallipoli, le Général Mentchikoff, Sébastopol, Malakoff, Inkerman, l'Alma (et Moutier était zouave!) Traktir : tous ces noms ne sentent-ils pas la poudre ? ... Et c'est grâce à tout cela que Moutier gagne la gloire : une médaille, la croix (légion d'honneur ?) une blessure, des galons de caporal, puis de sergent. Il remplace même un sous-lieutenant tué au combat...Et surtout, et sa vie va en être transformée, il sauve et ramène un général russe blessé qui n'est autre que Dourakine. Quand il le sauvera des griffes des Bournier, nous lirons que "les vaillants habitants se mirent à la disposition de Moutier, dont l'habit militaire, la croix et les galons de sergent les disposaient au respect". D'autres références à la Guerre de Crimée apparaissent dans Le Général Dourakine. La nièce du général, Madame Dabrovine, a perdu son mari, Dimitri, à la bataille de Sébastopol. Elle s'est retrouvée non seulement veuve avec trois enfants, mais ruinée car son mari a "dépensé beaucoup d'argent pour sa campagne de Crimée" nous dit Madame Dabrovine. Heureusement, le bon général va subvenir à tout cela, comme nous le pensions bien!


On y trouve aussi des méchants, et en particulier le mauvais aubergiste Bournier (la terminaison en -ier ne fait-elle pas penser à Thénardier?) et sa famille, lesquels veulent tuer le Général pour s'emparer de sa cassette. Bournier martyrise Torchonnet, espèce de Cosette mâle, corrompu par l'aubergiste, et dont seuls les Frères de la Doctrine Chrétienne parviendront à faire "un assez bon sujet " puisqu'il deviendra employé dans une maison de commerce.

Un épisode particulièrement intéressant raconte le séjour que firent Douraline, Moutier et Dérigny aux eaux de Bagnoles de l'Orne.
Peut-être ont-ils séjournés dans cet hôtel, ou tout le moins dans un hôtel de la même catégorie!

(Affiche de S. Wischnevsky reproduite avec l'aimable autorisation des Editions Clouet, 21120 Is-sur-Tille)

Le livre a été traduit en anglais - avec une note sur la Comtesse de Ségur - sous le titre The Angel Inn (traduction de Joan Aiken, illustrations de Pat Marriott, Jonathan Cape, Londres, 1978). Nous n'avons pas trouvé de traduction du Général Dourakine, suite logique de l'Auberge de l'Ange Gardien. Cela indiquerait-il que ce livre n'a pas connu le succès attendu dans les pays anglophones? Il est vrai que la dernière phrase de la traduction :"The general... arrived safely at his estate of Gromiline, near Smolensk" n'annonce pas une suite au récit.

 

Le retour de Moutier (illustration de Valentin Foulquier, Bibliothèque Rose)

En 1962-1963, l'ORTF a présenté, dans le cadre du "Théâtre de la Jeunesse", une adaptation de l'Auberge de l'Ange Gardien puis du Général Dourakine. Ces oeuvres ont été reprises en septembre 2003 par la chaîne "Festival" (Câble et satellite). La Sœur de Gribouille a fait également l'objet d'une rediffusion sur cette même chaîne.

Le N° 1 des Cahiers Séguriens est consacré à l'Auberge de l'Ange Gardien.

Pour le commander (9 euros + 3,20 euros de port):
Association des Amis de la Comtesse de Ségur
3, Rue de l'Abbé Derry
61270 AUBE
(vous pouvez vous recommander du Webmaster de ce site)

 

Retour sur la liste des oeuvres

 

Faites nous part de vos critiques et suggestions :

 

Ecrivez au Webmaster