Retour sommaire

La Comtesse de Segur

 

 

 

Ce sont parfois des bourgeois aisés, insignifiants ou ridicules comme les Gargilier (Les Deux Nigauds). Ils peuvent être méchants, par faiblesse, comme M. Dormère de Après la Pluie le Beau Temps, ou par sottise comme Mme Delmis, la femme du maire et ses amies (La Sœur de Gribouille) ou M. Pupusse (Comédies et Proverbes)

Ce peuvent être de petits bourgeois, commerçants ou artisans. Ceux-ci sont parfois sympathiques, parfois antipathiques. En tête des plus aimables on peut citer Madame Blidot et sa sœur Elfy (L'Auberge de l'Ange Gardien et Le Général Dourakine). Mme Blidot "la dame au bon fricot " recueille les enfants Jacques et Paul Dérigny et c'est pour ne pas en être séparée qu'elle épouse Dérigny alors que sa soeur épousera Moutiers par amour. Elfy est vive, sensuelle, enthousiaste (voir comme elle saisit le petit Paul dans ses bras à son arrivée à l'Auberge). Elfy (son nom évoque-t-il un elfe ?) est pleine de joie de vivre et de spontanéité, de courage aussi quand, Moutier étant chez Bournier, le mauvais aubergiste qui veut assassiner et voler le Général, s'écrie devant les paysans immobiles de frayeur : " Moi, femme, j'aurai plus de courage que vous. " et " arrachant un couteau des mains d'un des trembleurs indécis, se précipita dans les chambres..." Quand Moutier finit par lui demander sa main, elle annonce "je vous l'aurais donnée si vous ne me l'aviez pas demandée ", phrase dont la hardiesse dans la bouche d'une jeune fille fut, dit-on, reprochée à Sophie par son éditeur. Contrairement à sa sœur qui épouse Dérigny par amour des enfants, c'est par amour de Moutier - dont elle ne connaît pas le prénom quand elle dit " oui " - qu'elle se marie (Soyez rassurés, c'est "Joseph"). Et quand elle se marie, c'est le général qui lui offre un trousseau "convenable pour la position d'Elfy ". On ne se vêt pas comme une aristocrate quand on est une petite bourgeoise.

Madame Bonbeck est un personnage comique, sympathique par son côté généreux : bien qu'elle ne soit pas riche, elle recueille les Polonais à qui elle offre la garde-robe dont ils sont privés. Elle adore la musique, mais est mauvaise exécutante. Elle peut aussi être cruelle et brutale. Elle a la main leste envers sa nièce Simplicie, et même envers la bonne Prudence, fouette chien et chat et n'hésite pas à vouloir se battre dans la rue. Elle se moque d'Innocent qui veut aller en pension, la pension des "ânes Savants " dit-elle, pension d'ailleurs décrite de façon si critique que Louis Hachette demande à Sophie de transporter l'action en Angleterre pour ne pas avoir d'ennuis ! Elle mourra "d'une apoplexie à la suite d'une colère effroyable " (Les Deux Nigauds)

Le 15 Rue Godot (de Mauroy) aujourd'hui, adresse de Madame Bonbeck

Elle se heurtera dans une fameuse scène de tribunal à une petite bourgeoise laide et ridicule, Mme Courtemiche et à son chien Chéri-Mignon.

Madame Céleste MacMiche est une cruelle avare qui espère bien conserver la fortune de son cousin Charles qui lui a été confié à la mort de ses parents (Un Bon Petit Diable).

 

Cunégonde Primerose est une petite bourgeoise sympathique, vieille fille plutôt laide, bavarde et même parfois agaçante, mais elle est cultivée, voire même savante (Après la Pluie le Beau Temps).

Madame Fichini, marâtre de Sophie, joue le rôle de la mauvaise belle-mère. Sophie l'aurait-elle nommée ainsi à cause de Marie Filippi, maîtresse puis épouse de son frère Serge, père de Woldémar ? Le nom de " Fichinov " qu'elle voulait lui donner en premier était vraiment trop impossible ! A son éditeur dont le correcteur est choqué par la violence de cette belle-mère elle écrit : " ces épisodes sont historiques, avec la variante que ce n'était pas une belle-mère mais une mère qui élevait ainsi sa fille, et que j'aurais pu en citer d'autres plus cruels encore " (16 mars 1858). Fichini est la belle-mère de Blanche Neige et de Cendrillon, elle est la méchante reine de Alice au Pays des Merveilles et la pauvre Sophie-Cendrillon n'a qu'à se soumettre à ses ordres si elle ne veut pas recevoir fessées et "soufflets ". Que de mépris quand Madame Fichini s'annonce en disant "me voici suivi de Sophie, comme Saint-Roch et son chien " Elle sera bien punie en épousant un faux comte polonais qui s'avère être un ancien bagnard. Elle mourra repentie et pardonnée par Sophie.

Retour vers page personnages et thèmes

 

Faites nous part de vos critiques et suggestions :

 

Ecrivez à Joel Bagage

RETOUR HAUT DE PAGE