RETOUR SOMMAIRE

 

 

 Publié en 1865 et illustré de 70 vignettes par Horace Castelli, ce récit est dédicacé à Marie-Thérèse de Ségur, fille d'Anatole et de Cécile Cuvelier.

Il décrit l'ascension pour l'un et la chute pour l'autre de deux enfants qui sont bien différents l'un de l'autre comme l'indique le titre et comme le montre aussi l'illustration ci-dessous.
Âgés d'à peine quatorze ans ils doivent quitter leur Bretagne natale à pied pour se rendre à Paris où Simon, le demi-frère aîné de Jean (qui rit) leur procurera du travail.


Frontispice par Horace Castelli

Leur voyage devait durer un mois. Peut-être aurions nous eu un superbe récit picaresque ou un autre Tour de France de Deux Enfants, mais grâce à d'opportunes rencontres le voyage ne dure que quelques jours. On peut le regretter!
Et pourtant le début du récit du voyage rappelle le début de Gil Blas de Santillane. En effet, voilà deux enfants partis de leur lointaine province pour chercher fortune dans la grande ville. Gil Blas lui quitte Orviédo pour aller chercher fortune à Peñaflor.
Les deux petits Bretons vont à pied mais le jeune Espagnol est à dos de mule comme il sied au neveu d'un curé.
Les deux "Jean" ont un léger viatique (une fois le partage fait, huit francs 25 centimes chacun!).
Les enfants comptent leur "fortune" sur le bord de la route, et Gil Blas ne se lasse pas de compter et de recompter ses ducats.
C'est alors que frappe le destin: un voleur se présente devant nos voyageurs
Gil Blas se débarrasse du sien en lui jetant quelques réaux et cette rencontre ne lui fait pas tirer "un augure bien favorable pour (son) voyage".
C'est là que s'arrête le semblant du roman picaresque pour les petits Bretons, car leur voleur est un faux voleur qui comblera Jean (qui rit) et son frère Simon de bienfaits. "Monsieur le Voleur", qui devient "Monsieur Abel" est en fait un célèbre peintre "Monsieur Abel N." dit la Comtesse. C'est un homme fortuné, qui s'attache autant à Jean qu'il rejette Jeannot. Il serait sans doute meilleur encore s'il n'avait un penchant trop prononcé pour les farces d'un goût douteux.
Il nous donne même une belle leçon de danse. "M. Abel faisait des entrechats, des pirouettes, des pas mouchetés, des pas de Zéphyr, des pas de Basque..."
Le Dictionnaire Français Illustré et Encyclopédie Universelle de B.-Dupiney de Vorepierre (1868) nous dit qu'un "pas de zéphyr" est "un pas qui se fait en se tenant sur un pied et en balançant l'autre en avant et en arrière".
Il est malheureusement muet sur les pas de Basque et les pas mouchetés. Peut-être les pas de Basque étaient ils très rapide, les Basques ayant à l'époque la réputation de marcher très vite?. Nous attendons des précisions de la part de visiteurs connaissant ces termes.
Spécialiste des "tableaux de genre" représentant des scènes de la vie quotidienne, M. Abel expose au "salon " et a un grand succès. A Paris il loge à l'Hôtel Meurice, Rue de Rivoli et l'établissement existe toujours comme on le voit ici.

L'Hôtel Meurice aujourd'hui

L'autre rencontre c'est celle du fermier Kersac, homme fruste mais bon. Il vient en aide non seulement à Jean - Jeannot se rend encore une fois détestable - mais en plus il adopte l'enfant abandonnée recueillie par la mère de Jean et finit par épouser cette dernière, même si, âgée de trente-quatre ans, c'est une vieille femme aux yeux de son fils - mais les parents ne sont-ils pas toujours "vieux" aux yeux de leurs enfants?

La fin est très ségurienne: les bons sont récompensés et les méchants punis: c'est ainsi qu'Oscar Wilde définissait la fiction!

Fond d'écran: page 1 du texte.

RETOUR LISTE DES OEUVRES