//

RETOUR SOMMAIRE

page11

La Comtesse de Segur


EDGAR

En 1825, deux ans après Anatole naît le 4° enfant d'Eugène et Sophie de Ségur.
Edgar est le premier des huit enfants à naître aux Nouettes comme y naîtront les enfants suivants.
Comme Gaston il fait ses études à Fontenay puis au Collège Royal Bourbon (aujourd'hui Lycée Condorcet). Comme Gaston également il fait des études de droit et à 23 ans il est " aspirant diplomatique " à Naples. En 1854 il devient à Rome le secrétaire des son frère Gaston atteint désormais de cécité.
Il quitte la carrière diplomatique en 1857, alors qu'il était Premier Secrétaire de l'ambassade de France à Constantinople, pour épouser Marie de Reiset, fille du conservateur des dessins au Musée du Louvre.
Le Monde Illustré du 20 juin 1857, rendant compte du mariage, nous dit que "Mademoiselle de Reiset est une jeune personne de la plus gracieuse beauté, qui, dans un quadrille mythologique, figura en Hébé dans un des derniers bals masqués de l'impératrice." Quant au "Vicomte de Ségur" il est précisé qu'il est "le frère de Mme la Baronne de Malaret, dame de cour de l'impératrice". Il s'agit bien sûr de Nathalie, aînée des filles de la Comtesse de Ségur.

En 1852 Camille Saint-Saëns, alors âgé de 15 ou 16 ans avait composé, sur de paroles de Mme Deshoulières, une mélodie dédicacée " à Mademoiselle Marie de Reiset " et intitulée :

IDYLLE

Dans ces prés fleuris qu'arrose la Seine,
Cherchez qui vous mène, mes chères brebis .
J'ai fait pour vous rendre le destin plus doux,
Ce qu'on peut attendre d'une amitié tendre ;
Mais son long courroux détruit, empoisonne,
Détruit empoisonne tous mes soins pour vous,
Et vous abandonne aux fureurs des loups.

Seriez vous leur proie, aimable troupeau,
Vous, de ce hameau l'honneur et la joie,
Vous, qui gras et beau me donniez sans cesse
Sur l'herbette épaisse un plaisir nouveau,
Un plaisir nouveau, un plaisir nouveau ?
Que je vous regrette, mais il faut céder ;
Sans chien ni houlette, puis-je vous garder ?

L'injuste fortune me les a ravis.
En vain j'importune le ciel par mes cris,
Il rit de mes craintes, et sourd à mes plaintes,
Houlette ni chien, il ne me rend rien.
Puissiez-vous, contentes, et sans mon secours,
Passer d'heureux jours, passer d'heureux jours
Brebis innocentes, brebis mes amours,

Brebis innocentes, brebis mes amours,

Brebis mes amours.

 

(Musée des Familles, novembre 1852

 

Son oncle paternel, Adolphe de Ségur-Lamoignon, dont il est l'héritier étant mort sans enfants il est autorisé, par décret impérial à ajouter officiellement le nom de Lamoignon à celui de Ségur. La famille se retire au château de Méry, propriété héritée des Lamoignon où Eugène sera inhumé.
Edgar et Marie se consacrent aux bonnes œuvres en fondant une école de sœurs à Méry et en pourvoyant à l'entretien de cinq religieuses. Ils auront trois enfants : Valentine (1860), Louis (1861) et Mathilde (1866)

CARNET MONDAIN :

"On annonce le mariage du Vicomte de Ségur, premier secrétaire de l'ambassade de France à Constantinople, frère de Mme la baronne de Mallaret, dame du palais de S.M. l'impératrice, avec Mlle de Reiset, fille du conservateur des dessins au musée du Louvre. Mlle de Reiset est une jeune personne de la plus gracieuse beauté, qui, dans un quadrille mythologique, figura Hébé dans un des derniers bals masqués de l'impératrice."
(Courrier de Paris - Le Monde Illustré, 20 juin 1857).

Retour liste des enfants de la Comtesse de Ségur