La Comtesse de Segur

Retour sommaire

RETOUR INDEX


ANATOLE

C'est le 23 avril 1823 que naît Anatole de Ségur, troisième enfant d'Eugène et Sophie. Le reste de la famille Rostopchine aura attendu cette naissance pour retourner en Russie (mai 1823).

La Comtesse de Ségur est donc désormais vraiment française, isolée rue de Varennes. Elle soufre encore de la mort prématurée de Renaud et le jeune Anatole (" Totol ") souffre de la tristesse de sa mère.

Anatole est le deuxième enfant, mais c'est lui qui deviendra héritier du titre (Marquis de Ségur) et de la pairie quand Gaston rentrera recevra la tonsure en 1844 alors qu'Anatole a 21 ans.

 Sa mère, peut-être pour ne pas souffrir de son éloignement essaie d'oublier la Russie. Elle ne parlera jamais russe à ses enfants, mais Anatole cultivera sa " russité ". Pourtant il n'ira jamais en Russie, Gaston étant le seul ayant fait le voyage.

Il a peut-être hérité - des Ségur et de sa mère - un goût et un réel talent pour l'écriture. Peut-être même aurait-il aidé sa mère dans la rédaction de certaines de ses œuvres.

Il publiera un certain nombre d'ouvrages :


 Témoignages et Souvenirs (1857) Souvenirs de Famille Relatifs à Pie IX (1866) 
Un Hiver à Rome (1877)
Païens et Chrétiens (1880)
Biographie Nouvelle de Gaston de Ségur et Biographie de la Comtesse (1885)
 Les Fleurs de Monseigneur Gaston de Ségur (1890)

 Vie du Comte Rostopchine, Gouverneur de Moscou en 1812 (1893
 Vie Illustrée de Monseigneur de Ségur (1894)
 Sabine de Ségur, en religion Sœur Jeanne-Françoise(1894)
 Monseigneur de Ségur, Souvenirs d'un Frère (1896)
 Les Martyrs de Castelfidardo (illustré par F. Bouisset)
 
Il figure également dans la liste des collaborateurs réguliers du "Musée des familles", publication mensuelle dont le rédacteur en chef était Pierre Chevalier dit "Pitre-Chevalier" (1812-1863).
 

Dès 1847 il avait publié un premier recueil de Fables, suivi d'un deuxième en 1863. L'ensemble fut repris (s.d.) chez Hetzel vers les années 1870, illustré par Froelich, et l'on peut se demander si ce patronyme n'a pas inspiré la bonne Comtesse pour le nom de "Froelichen" dans La Fortune de Gaspard !

Voulez-vous lire une de ces fables , celle dont le titre "Jean qui pleure et Jean qui rit" a inspiré sa mère pour le titre d'un de ses récits?
En 1851 il épouse Cécile Cuvelier et devient la même année préfet de la Haute-Marne. Il entre au Conseil d'Etat en 1852.

En 1865 il devient maire d'Aube et le restera jusqu'à la vente des Nouettes en 1872.

Ils auront trois enfants : Pierre (1853), Henri (1856) et Marie-Thérèse (1859).

Un poëme d'Anatole "Le Ciel a Visité la Terre" a été mis en musique par Charles Gounod. Voulez vous le lire ?

Il est aussi l'auteur des "Mémoires d'un Troupier, ouvrage publié en 1858 sans nom d'auteur et qui a connu plusieurs rééditions..
C'est le livre que Moutier lit avec délectation dans
l'Auberge de l'Ange Gardien mais qui trouve un fort écho dans Le Mauvais Génie.

Retour à la liste des enfants de la Comtesse