//

RETOUR SOMMAIRE

RETOUR PAGE LES PETITES FILLES MODELES

RETOUR CHAPITRE PRECEDENT

 

CHAPITRE 13 : VISITE AU POTAGER

 

 

Sophie, qui avait toujours le cœur gros et la démarche gênée par les coups qu'elle avait reçus, laissa ses amies admirer les fleurs et cueillir des bouquets et alla s'asseoir chez la jardinière.

MERE LOUCHET : Bonjour, mamzelle ; je vous voyais venir boitinant, vous avez l'air tout chose. Seriez-vous malade comme Palmyre, qui s'est donné une entorse et qui ne peut quasi pas marcher ?

SOPHIE : Non, mère Louchet, je ne suis pas malade.

MERE LOUCHET : Ah bien! c'est que votre maman a encore fait des siennes ; elle frappe dur quand elle tape sur vous. C'est qu'elle n'y regarde pas : la tête, le cous, les bras, tout lui est bon. Sophie ne répondit pas ; elle pleurait.

MERE LOUCHET : Voyons, mam'selle, faut pas pleurer comme ça ; faut pas être honteuse ; ça fait de la peine, voyez-vous ; nous savons que ce n'est pas tout roses pour vous. Je disais à ma Palmyre : " Ah ! Si je te corrigeais comme madame corrige mam'selle Sophie, tu ne serais pas si désobéissante. " Si vous aviez vu tantôt comme elle m'est revenue, sa robe pleine de taches, ses mains et sa figure couvertes de sable ! c'est qu'elle est tombée rudement, allez !

SOPHIE : Comment est-elle tombée ?

MERE LOUCHET. - Ah ! je n'en sais rien, elle ne veut pas le dire, tout de même. Sans doute qu'elle jouait au château, puisque nous n'avons point de sable ici ; puis sa robe a des taches rouges comme du vin ; nous n'avons que du cidre ; nous ne connaissons pas le vin, nous.

SOPHIE, étonnée : Du vin ! où a-t-elle eu du vin ?

MERE LOUCHET : Ah ! je n'en sais rien ; elle ne veut pas le dire.

SOPHIE : Est-ce qu'elle a pris le vin du cabinet de ma belle-mère ?

MERE LOUCHET : Ah, peut-être bien ; elle y va souvent porter des herbes pour les bains de votre maman ; ça se pourrait bien qu'elle ait bu un coup et qu'elle n'osât pas le dire. Ah ! c'est que si je le savais, je la fouetterais ferme, tout comme votre maman vous fouette.

SOPHIE : Ma belle-mère m'a fouettée parce qu'elle croyait que j'avais bu son vin, et ce n'est pas moi pourtant.

La mère Louchet changea de visage ; elle prit un air indigné :

" Serait-il possible, s'écria-t-elle, pauvre petite mam'selle, que ma Palmyre ait fait ce mauvais coup et que vous ayez souffert pour elle? Ah ! mais... elle ne l'emportera pas en paradis, bien sûr…Palmyre, viens donc un peu que je te parle.

PALMYRE, dans la chambre à côté : Je ne peux pas, maman, mon pied me fait trop mal.

MERE LOUCHET : Eh bien, je vais aller près de toi, et mamzelle Sophie aussi. "

Toutes deux entrent chez Palmyre qui est étendue sur le lit, le pied nu et enflé.

MERE LOUCHET : Dis donc, la Malice, où t'es-tu foulé la jambe comme ça ?

Palmyre rougit et ne répondit pas.

MERE LOUCHET : Je te vas dire, moi : t'es entrée dans le cabinet de madame pour les herbes du bain ; t'as vu la bouteille, t'as voulu goûter, t'as répandu sur ta robe tout en goûtant, t'as voulu descendre par la fenêtre, t'as tombé et t'as pas osé me le dire, parce que tu savais bien que je te régalerais d'une bonne volée. Eh !…

PALMYRE, pleurant : Oui, maman, c'est vrai; c'est bien cela ; mais le bon Dieu m'a punie, car je souffre bien de ma jambe et de mon bras.

MERE LOUCHET : Et sais-tu que la pauvre mam'selle a été fouettée par madame qu'elle en est toute souffreteuse et toute éclopée ? Et tu crois que je te vas passer cela sans dire quoi et que je ne vas pas te donner aussi une raclée ?

SOPHIE, avec effroi : Oh ! ma bonne mère Louchet, si vous avez de l'amitié pour moi, je vous en prie, ne la punissez pas ; voyez comme elle souffre de son pied. Maudit vin ! Il a déjà causé bien du mal chez nous ; n'y pensez plus ma bonne mère Louchet, et pardonnez à Palmyre comme je lui pardonne.

PALMYRE, joignant les mains : Oh ! mam'selle ! que vous êtes bonne ! Que j'ai du regret que vous ayez été battue pour moi ! Ah ! si j'avais su, jamais je n'aurais touché à ce vin de malheur. Oh ! mamzelle ! pardonnez-moi ! le bon Dieu vous le revaudra.

Sophie s'approcha du lit de Palmyre, lui prit les mains et l'embrassa. La mère Louchet essuya une larme et dit : " Tu vois Palmyre, ce que c'est que d'avoir de la malice ; voilà mamzelle Sophie qu'est toute comme si elle s'était battue avec une armée de chats ; c'est toi qu'es cause de tout cela ; eh bien ! est-ce qu'elle t'en tient de la rancune ? Pas la moindre, et encore elle demande ta grâce. Et que tu peux lui brûler une fière chandelle ! car je t'aurais châtiée de la bonne manière. Mais, par égard pour cette bonne demoiselle, je te pardonne ; rie le bon Dieu qu'il te pardonne bien aussi ; t'as fait une sottise pommée, vois-tu, ne recommence pas. "

Palmyre pleurait d'attendrissement et de repentir ; Sophie était heureuse d'avoir épargné à Palmyre les douleurs qu'elle venait de ressentir elle-même si rudement. La mère Louchet était reconnaissante de n'avoir pas à battre Palmyre, qu'elle aimait tendrement, et qu'elle ne punissait jamais sans un vif chagrin ; elle remercia donc Sophie du fond du cœur. Au milieu de cette scène, Camille, Madeleine et Marguerite entrèrent ; la mère Louchet leur raconta ce qui venait de se passer et combien Sophie avait été généreuse pour Palmyre. Sophie fut embrassée et approuvée par ses trois amies.

" Ma bonne Sophie, lui demanda Camille, ne te sens-tu pas plus heureuse d'avoir épargné à Palmyre la punition qu'elle méritait, et d'avoir résisté au désir de te venger de ce que tu avais injustement souffert par sa faute ?

- Oui, chère Camille, répondit Sophie ; je suis heureuse d'avoir obtenu son pardon, mais je ne me sentais aucun désir de vengeance ; je sais combien est terrible la punition dont elle était menacée, et j'avais aussi peur pour elle que j'aurais eu peur pour moi-même. "

Camille et Madeleine embrassèrent encore Sophie ; puis toutes quatre dirent adieu à Palmyre et à la mère Louchet et rentrèrent à la maison, car la cloche du dîner venait de sonner.

Lire le chapitre 14 : Départ