//

RETOUR SOMMAIRE

RETOUR PAGE LES PETITES FILLES MODELES

RETOUR CHAPITRE PRECEDENT

 

 

Chapitre XXIV Visite chez Hurel

 

" La calèche découverte et le phaéton pour deux heures, dit Élisa au cocher de Mme de Fleurville.

LE COCHER : Tout le monde sort donc à la fois, aujourd'hui?

ELISA: Oui: madame vous fait demander si vous savez le chemin pour aller au village d'Aube?

LE COCHER : Aube? Attendez donc… N'est-ce pas de l'autre côté de Laigle, sur la route de Saint-Hilaire?

ELISA: Je crois que oui; mais informez-vous-en avant de vous mettre en route; ces demoiselles se sont perdues l'autre jour à pied, il ne faudrait pas qu'elles se perdissent aujourd'hui en voiture."

Le cocher prit ses renseignements près du garde Nicaise, et quand on fut prêt à partir, les deux cochers n'hésitèrent pas sur la route qu'il fallait prendre.

Le pays était charmant, la vallée de Laigle est connue par son aspect animé, vert et riant; le village d'Aube est sur la grande route; la maison d'Hurel était presque à l'entrée du village. Ces dames se la firent indiquer; elles descendirent de voiture et se dirigèrent vers la maison du boucher. Tout le village était aux portes; on regardait avec surprise ces deux élégantes voitures, et on se demandait quelles pouvaient être ces belles dames et ces jolies demoiselles qui entraient chez Hurel. Le brave homme ne fut pas moins surpris; sa femme et sa fille restaient la bouche ouverte, ne pouvant croire qu'une si belle visite fût pour eux.

Hurel ne reconnaissait pas les enfants, qu'il avait à peine entrevues dans l'obscurité; il ne pensait plus à son aventure de la forêt:

" Ces dames veulent-elles faire une commande de viande? demanda Hurel. J'en ai de bien fraîche, du mouton superbe, du bœuf, du…

- Merci, mon brave Hurel, interrompit en souriant Mme de Rosbourg; ce n'est pas pour cela que nous venons, c'est pour acquitter une dette.

HUREL : Une dette ? Madame ne me doit rien; je ne me souviens pas d'avoir livré à madame ni mouton, ni bœuf, ni…

MADAME DE ROSBOURG : Non pas de mouton ni de bœuf, mais deux petites filles que voici et que vous avez trouvées dans la forêt.

HUREL, riant: Bah! ce sont là ces petites demoiselles que j'ai cueillies sur un arbre? Pauvres petites! elles étaient dans un état à faire pitié. Eh! mes mignonnes! vous n'avez plus envie d'arpenter la forêt, pas vrai?

MARGUERITE : Non, non. Sans vous, mon cher monsieur Hurel, nous serions certainement mortes de fatigue, de terreur et de faim; aussi maman, Mme de Fleurville et nous, nous venons toutes vous remercier.

Marguerite en achevant ces mots, s'approcha de Hurel et se dressa sur la pointe des pieds pour l'embrasser. Le brave homme l'enleva de terre, lui donna un gros baiser sur chaque joue, et dit:

" C'eût été bien dommage de laisser périr une gentille et bonne demoiselle comme vous. Et comme ça, vous aviez donc bien peur?

MARGUERITE : Oh! oui, bien peur, bien peu. On entendait marcher, craquer, souffler.

HUREL, riant: Ah bah! Tout cela est terrible pour de belles petites demoiselles comme vous; mais pour des gens comme nous! on n'y fait seulement pas attention. Mais… Asseyez-vous donc, mesdames; Victorine, donne des chaises, apporte du cidre, du bon!"

Victorine était une jolie fille de dix-huit ans, fraîche, aux yeux noirs. Elle avança des chaises; tout le monde s'assit; on causa, on but du cidre à la santé d'Hurel et de sa famille. Au bout d'une demi-heure Mme de Rosbourg demanda l'heure. Hurel regarda à son coucou.

" Il n'est pas loin de quatre heures! Dit-il; mais le coucou est dérangé, il ne marque pas l'heure juste."

Mme de Rosbourg tira de sa poche une boîte, qu'elle donna à Hurel.

" Je vois, mon bon Hurel, dit-elle, que vous n'avez de montre ni sur vous ni dans la maison; en voilà une que vous voudrez bien accepter en souvenir des petites filles de la forêt.

- Merci bien, madame, répondit Hurel: vous êtes en vérité trop bonne; ça ne méritait pas…"

Il venait d'ouvrir la boîte, et il s'arrêta muet de surprise et de bonheur à la vue d'une belle montre en or avec une longue et lourde chaîne également en or.

HUREL, avec émotion: Ma bonne chère dame, c'est trop beau; vrai, je n'oserai jamais porter une si belle chaîne et une si belle montre.

MADAME DE ROSBOURG: Portez-les pour l'amour de nous; et songez que c'est encore moi qui vous serai redevable; car vous m'avez rendu un trésor en me ramenant mon enfant, et ce n'est qu'un bijou que je vous donne.

Se tournant ensuite vers Mme Hurel et sa fille:

" Vous voudrez bien aussi accepter un petit souvenir."

Et elle leur donna à chacune une boîte qu'elles s'empressèrent d'ouvrir; à la vue de belles boucles d'oreilles et d'une broche en or et en émail, elles devinrent rouges de plaisir. Toute la famille fit à Mme de Rosbourg les plus vifs remerciements. Ces dames et les enfants remontèrent en voiture, entourées d'une foule de personnes qui enviaient le bonheur des Hurel et qui bénissaient l'aimable bonté de Mme de Rosbourg.

Texte saisi par Denise Potvin (Canada)

 Lire le chapitre 25 : Un événement tragique