Retour sommaire

quelamour

La Comtesse de Segur

 

 

L'œuvre publiée en 1866 et illustrée de 79 vignettes par Émile Bayard reprend le thème des Caprices de Gisèle des Comédies et Proverbes.

Le récit est dédicacé à son petit-fils Louis de Ségur-Lamoignon, fils d'Edgar et de Marie de Reiset. L'enfant est alors âgé de cinq ans.

Giselle (oui c'est l'orthographe qu'utilise ici la Comtesse de Ségur) est une odieuse petite fille, outrageusement gâtée par des parents aveugles, M. et Mme de Gerville, qui ne voient pas ses défauts. Les parents qui " n'étaient que " Gerville dans " Les Caprices " sont ici anoblis par la particule, mais ils sont tout aussi odieux.


L'odieuse Giselle va se faire tirer les oreilles!

Alors que Les caprices de Gisèle montraient une enfant d'environ six ans, Quel Amour d'Enfant nous montre comment la désastreuse éducation de Giselle produit une adulte d'une trentaine d'années totalement immature. Elle finit, par amour de l'argent par épouser le riche - et vieux - Duc de Parma. L'un et l'autre sont malheureux et s'étourdissent dans des dépenses folles, au point que le richissime duc se trouve ruiné.

Elle se réfugie chez ses parents, son mari meurt d'une chute de cheval. Profondément impressionnée par cette " fin si malheureuse ", Giselle a retrouvé les sentiments chrétiens " qui avaient été totalement perdus dans le tourbillon du monde et de ses plaisirs ". et en grand deuil elle reçoit son ami de jeunesse, Julien dont elle avait rejeté la demande en mariage autrefois.

Nous comprenons vite que Giselle repentie et " purifié par les larmes ", va perdre son titre de duchesse pour épouser Julien.

Les deux personnages les plus sympathiques du récit sont sans doute Mme de Monclair et son ami M. Tocambel qu'elle appelle familièrement " Père Toc ".


M .Tocambel vu par Émile Bayard
L'institutrice de Giselle, Mlle Tomme est aussi un personnage intéressant, que Giselle se plaît à faire enrager en lui attribuant les sottises qu'elle débite en histoire, géographie ou histoire sainte. La pauvre Émilie, bonne de Giselle, essaie de lui résister, mais les parents lui donnent toujours tort.

Une correspondante (email) nous écrit:

"Je voudrais plaider la cause des personnages de "Quel amour d'enfant" ; comme vous les jugez durement ! de mémoire, je puis vous citer la maman, Léontine, qui dit en substance : "je sais que je suis trop faible avec cette enfant, la seule, hélas, que le bon dieu m'ait donne". Cette pauvre Léontine essaie de se tenir a une ligne de conduite sévère prêchée par les amis (Madame de Monclair), mais Giselle est si tendrement habile ! venons-en a Giselle, dont les parents mettent tant de bonne volonté a se laisser manipuler, et qui décide, toujours sous l'influence de la fameuse Madame de Monclair, d'aller au couvent pour y subir une vraie éducation, n'est-elle pas sensée et raisonnable, pour une petite fille de 10 ans ?

Moi j'ai trouve au contraire la mère et la fille fines et sensibles, et d'ailleurs cette attitude se vérifie tout au long du livre, même quand Giselle se met a faire de vraies erreurs (préférer le Duc de Palma à Julien). Je dirais qu'au contraire ici, il y a une analyse étonnante de personnages qui sont pris au piège de ce qu'ils sont, et à qui il faudra du temps pour y échapper ...

En revanche, je reconnais que la encore, le père et l'oncle ne sont pas à leur avantage ...."

Le N° 4des Cahiers Séguriens est consacré à Quel Amour d'Enfant !

Pour le commander (9 euros + 3,20 euros de port):
Association des Amis de la Comtesse de Ségur
3, Rue de l'Abbé Derry
61270 AUBE
(vous pouvez vous recommander du Webmaster de ce site)

Retour liste des oeuvres